Bilan incendie 2019 : Une année sans répit

Acton Vale, 26 février 2020 – Le service incendie d’Acton Vale et de St-Théodore a connu une année fort occupée, avec un total de 178 interventions, soit 41 de plus qu’en 2018.

Notons que le nombre  d’entraides (interventions effectuées pour venir en support à une autre municipalité) a presque doublé depuis les 5 dernières années. En 2019, le service incendie d’Acton Vale a été appelé 47 fois pour de l’entraide alors qu’en 2015 c’était seulement 26 fois. Le directeur incendie, Joel Perron, mentionne que cela est, en partie, dû au fait qu’avec les réglementations gouvernementales maintenant effectives dans les schémas de couverture risques des MRC, les municipalités ont conclu des ententes d’entraide pour s’assurer, lors d’un appel, d’avoir la force de frappe requise dans le temps déterminé dans le schéma.

En ce qui concerne les interventions sur notre territoire, malheureusement, c’est encore 20% de celles-ci qui sont de fausses alarmes. Depuis 2015, nous avions réussi à nous améliorer à ce niveau, et à chaque année, il y avait une diminution des fausses alarmes. Toutefois, pour l’année 2019, c’est 36 interventions qui se sont avérées non fondées. Il s’agit de 10 de plus que l’année précédente. M. Perron estime le coût de ces dernières à 36 000 $ pour 2019. Une fausse alarme survient, la plupart du temps, lorsqu’un système d’alarme incendie est relié à une centrale, mais que le propriétaire de l’immeuble n’a pas le temps d’appeler à sa centrale pour dire : « qu’il a simplement fait brûler ses toasts», par exemple. En ce sens, le Ministère de la sécurité public suggère fortement que tous ceux qui possèdent un système relié directement à une centrale le fassent programmer à 90 secondes. Ce qui veut dire, qu’il y a un délai de 90 secondes entre le moment où le détecteur sonne et le moment où l’appel à la centrale est placé. Cela laisse le temps au propriétaire d’annuler l’alarme, si celle-ci est non fondée.

D’un autre côté, la prévention incendie est toujours au cœur des priorités de la Ville d’Acton Vale. Pendant la semaine de la prévention des incendies, en octobre dernier, les exercices d’évacuation ont été réalisés pour les huit écoles (primaire, secondaire et professionnelle) du territoire, ainsi que les CPE. De plus, c’était la deuxième édition des « petits pompiers », concours organisé par le service incendie pour les écoles primaires. Ce concours permet à un élève par école de vivre une journée dans la vie d’un pompier. Finalement, les visites de prévention résidentielles, soit près de 650, ont été effectuées par deux préventionnistes à temps partiel, embauchés par la municipalité. Notez que pour 2020, les visites sont prévues d’avril à octobre.

Aussi, bien que ce ne soit pas directement lié à l’incendie, les forts vents du 1er novembre ont sollicité le service incendie pendant plusieurs jours. Ces derniers ont été en renfort avec les autres services de la ville, pour dégager les routes encombrées par les arbres tombés. Ils ont, de plus, effectué des visites en milieu rural, pour s’assurer de la sécurité des citoyens sans électricité. En ce sens, M. Perron aimerait rappeler l’importance d’avoir chez soi la trousse 72 heures, tel que présentée par le Ministère de la sécurité publique. En effet, en cas de sinistre, tout citoyen devrait être en mesure de subvenir à ses propres besoin pour une période de 3 jours (72 heures).  C’est ce qui a été vécu par certaines familles en novembre, alors que les pannes électriques ont duré jusqu’à 5 jours dans certains secteurs.