Traitement des eaux et épuration des eaux usées

Capacité de production et consommation d'eau potable

La ville d’Acton Vale possède actuellement des installations permettant de produire un volume d’eau potable de 18 000 mètres cubes par jour, soit l’équivalent d’environ 360 piscines hors terre de 24 pieds de diamètre contenant chacune 50 000 litres d’eau. Le système de pompage de la station peut distribuer jusqu’à 12 500 litres d’eau à la minute.

Historique de la station de filtration

La première station de filtration d’eau, applelée communément le “site de l’aqueduc”, se situait sur la rue St-André, aux abords de la rivière Le Renne, et fut mise en service en 1878.

En 1928, elle fut substituée par une nouvelle usine aux abords du barrage Du Moulin et dotée d’un réservoir d’eau potable de 2 270 000 litres.

En 1965, on construisit l’usine de filtration sur le 2e Rang, qui s’alimente à partir de la rivière Noire, car il était devenu de plus en plus difficile de s’approvisionner et de traiter l’eau de la rivière Le Renne.

Le réservoir souterrain d’eau potable de la rue Du Moulin a été conservé jusqu’au déménagement de l’industrie Peerless (Beaulieu Canada). Dès sa construction en 1965, la station de filtration pouvait produire 9 000 000 de litres d’eau potable par jour. Suite à l’expansion industrielle, la capacité de la station fût doublée au début des années 90. Un décanteur et deux filtres à sable furent ajoutés, ce qui nécessita l’agrandissement du bâtiment.

Un système informatisé permet de visualiser et d’opérer à distance la plupart des équipements de la station de filtration et du poste de pompage d’eaux brutes.

Puisque les normes environnementales évoluent continuellement afin d’assurer la meilleure qualité d’eau possible, des mises à niveaux de la station sont effectuées périodiquement selon les exigences du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs.

Composantes et opération de la station de filtration

Les installations sont réparties dans trois bâtiments principaux :

  • Le poste de pompage d’eaux brutes aux abords de la rivière Noire qui, à partir de deux prises d’eau de 18 et de 24 pouces de diamètre au milieu de la rivière, et à environ huit pieds de profondeur, capte gravitairement une partie des eaux de la rivière vers le puits de pompage, qui relève les eaux vers la conduite d’amenée de 18 pouces de diamètre, jusqu’à la station de filtration à plus d’un kilomètre; le poste de pompage est muni d’une génératrice d’urgence et d’un système de télémétrie.
  • La station de filtration, qui comprend les équipements suivants énumérés selon la séquence de traitement :
  • des systèmes de chloration, d’ajout d’alun et de superflock (aide-coagulant);
  • deux décanteurs à pulsion (bassins dans lesquels, avec l’ajout de produits chimiques, se précipite et s’agglutine les matières en suspension, ce qui facilite leur extraction); losqu’un décanteur est arrêté pour des fins d’entretien durant quelques heures, la station peut quand même produire 10 745 litres par jour, soit une bonne partie de la demande durant l’heure de pointe, le reste de la demande étant fournie par le réservoir d’urgence;
  • quatre filtres à sable; un des filtres peut être arrêté durant plusieurs heures pour des fins d’entretien sans déranger la production d’eau;
  • un système d’injection de soude caustique;
  • un puits avec quatre pompes pour distribuer les eaux traitées vers le réseau d’aqueduc à des pressions variant de 90 à 100 psi (livres par pouce carré);
  • un système de pompage des boues extraites des eaux brutes vers la station d’épuration;
  • une génératrice d’urgence;
  • un laboratoire d’analyses des eaux et des locaux avec des pièces de remplacement.
  • Le réservoir d’urgence de 5 450 000 litres d’eau potable, bâti à côté de la station de filtration en 1990 suite à des exigences accrues pour la protection incendie.

Quatre opérateurs se relèvent mutuellement pour vérifier et faire la maintenance des équipements, surveiller la qualité des eaux, de même que contrôler la pression et le débit des eaux pompées dans le réseau de distribution de la ville.

Le temps minimum moyen requis pour traiter l’eau, à part de la prise d’eau de la rivière jusqu’au moment où elle est pompée vers le réseau de distribution de la ville, est d’environ huit heures.

Historique de la station d'épuration des eaux usées

La ville d’Acton Vale s’est dotée d’une station d’épuration (station Noël-Lecomte) au début des années 80. Les eaux usées qui se jetaient dans les rivières Le Renne a été détournée via des conduites d’interception vers des postes de relèvement soit les postes de Roger, Landry, Paré et Martin qui les acheminent vers la station d’épuration. Les eaux usées sont principalement les eaux de procédé de l’usine Beaulieu Canada et les eaux usées domestiques.

Composantes et opération de la station d'épuration

La station d’épuration traite environ l’équivalent du volume d’eau potable produite à l’usine de filtration. Elle se compose principalement de trois étangs à ciel ouvert (grandeur 365  pi. x 665 pi., profondeur  12 à 16 pieds) et d’un bâtiment avec des soufflantes pour pousser de l’air vers des conduits perforés dans les étangs d’aération 1 et 2, un atelier de réparation et un laboratoire, ainsi qu’une section avec des débitmètres et échantillonneurs d’eau non traitée.

L’étang 1 où sont acheminés les eaux usées industrielles provenant principalement du poste de relèvement Martin, se jettent à la sortie de l’étang 2 où arrivent les eaux usées domestiques, provenant principalement des postes de relèvement Paré, Landry et Roger. Les eaux de l’étang 2 sont dirigées vers l’étang  de sédimentation no 3 au bout duquel un émissaire de 30 pouces de diamètre permet d’évacuer les eaux traitées vers la rivière Le Renne, le tout selon les normes du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs.

Les boues extraites des eaux brutes de la station de filtration sont pompées directement de la station de filtration vers l’étang 3. La présence d’alun résiduel provenant de la station de traitement aide à la décantation des boues. Avec l’aide d’une pompe mobile tirée par des câbles, on extrait périodiquement les boues cumulées principalement au fond de l’étang 3 vers l’étang 4 conçue pour les emmagasiner et les assécher. La capacité d’emmagasinement de l’étang 4 ne sera pas atteinte avant plusieurs décennies.

Des aérateurs forcent les matières en suspension à se déposer au fond des étangs ce qui en même temps diminue l’émanation des odeurs. Durant l’été, lorsque la température des eaux est plus haute, on ajoute du sulfate ferrique pour améliorer le processus  de décomposition et optimiser la décantation. Le temps moyen pour traiter les eaux de l’entrée dans la station jusqu’à l’évacuation vers la rivière est d’environ 21 jours.

Des opérateurs vérifient quotidiennement le fonctionnement de la station d’épuration, font des analyses d’eau et la maintenance des équipements et des étangs de la station. Ces mêmes opérateurs inspectent régulièrement les pompes, génératrices, panneaux de contrôle et systèmes connexes des quatre postes de relèvement d’eaux usées de la ville.

Pour consulter le bilan annuel de la qualité de l’eau potable pour chaque année, cliquez sur le lien correspondant:

Les commentaires sont fermés.